Créer en coopération ; de l’art au logiciel libre ?

Internet a brisé beaucoup des barrières qui freinaient objectivement la création collective : le matériau numérique peut désormais être modelé à plusieurs, sans contraintes de lieu ni de temps. D’où la question : où est la symphonie des foules ? Où se trouve l’œuvre globale, créée par des millions de mains et de cerveaux connectés ?

Peut-être faut-il la chercher, dans un premier temps, non pas dans l’art, un domaine encore écrasé par le mythe de l’auteur romantique, mais du côté du logiciel libre. GNU/Linux, le système d’exploitation le plus utilisé, est le fruit de la collaboration décentralisée de dizaines de milliers d’informaticien·nes.

Wikipédia fait partie du top 10 des sites les plus visités, et est le premier site de contenu : ses contributeurs·trices se comptent en millions.

Quels sont les outils qui permettent cela ? Comment en tirer partie pour la création artistique ?

Atelier écosystème de D3 ; écosystème de SPIP ; fonctionnement de GIT.

Philippe Rivière

L’atlas critique d’internet

Internet, selon l’expression de Louise Drulhe, est un « collage de collages ». Et c’est en collant des images que l’artiste cherche à visualiser le réseau des réseaux. Ou, du moins, à nous faire partager une vision de sa structure fondamentale.

Dans une première hypothèse, Internet serait un point situé au centre de la Terre, un pur symbole où s’agrège toute la connaissance du monde. Mais la réalité fait exploser cette image idéale. Les censures et les « modérations », qu’elles soient chinoises, allemandes, russes ou françaises, ont recréé des frontières entre les pays et fragmenté le Web en autant d’internets. Le cheminement des internautes, peut être décrit comme une pente où se forment des parcours qui serpentent ou déferlent, selon la richesse et la variété des liens. Avec leur poids de plus en plus décisif, les grands moteurs de recherche etles réseaux sociaux déforment eux aussi la Toile, créant des poches, des bassins. Cette œuvre, à la fois analytique et esthétique, est aussi disponible sur papier.

Mais peut-on parler d’un livre ? Car, dans un clin d’œil aux sites Web qui s’affichent sur des écrans de toutes tailles et tous formats, la version papier elle-même est imprimée à des dimensions variables, au choix de l’acheteur.

Louise Drulhe, 2015, internet-atlas.net (autoédition)

img28

Philippe Rivière est journaliste et informaticien ; il a accompagné Le Monde diplomatique sur Internet depuis ses premiers pas en 1997 ; il est aussi l’un des créateurs du logiciel libre SPIP. Depuis trois ans, il se consacre à la cartographie avec visionscarto.net
Louise Drulhe est artiste et graphiste, l’Atlas critique d’Internet a constitué son mémoire de fin d’études à l’École nationale supérieure des arts décoratifs. louisedrulhe.fr
Crédit : Gilles Coissac - Atelier obscur