#7 Août 2021

Edito

Putain, quelle semaine !

C’est une habitude qu’on prend : avec un briquet et un paquet de cibiches, on demande un carnet. Et l’on reçoit un joli petit parallélépipède hors de prix (mais tout de même moins que si l’on prend à l’unité) entouré d’un plastique brillant dont l’ouverture est facilitée par une languette qui permet d’ôter la partie supérieure tout en gardant les trois-quarts du fourreau transparent. De cet étui sortent, un à un, les précieux sésames du voyageur urbain qui s’apprête à s’enfourner dans les serpents mécaniques qui l’emmèneront vers sa destinée. Au milieu des climatisations mal réglées et sièges dégueulasses, couloirs à l’odeur parfois nauséabonde et quais bondés, les agents de sécurité suréquipés et les contrôleurs rôdent.
Mais pour celui qui n’a rien à se reprocher, qui ne boit pas comme le clodo de service, qui ne beugle pas à tue-tête, qui ne saute pas les tourniquets, qui ne descend pas sur les voies, qui ne fait pas la manche avec un bébé dans les bras et qui respecte bien « le port du masque recouvrant le nez et la bouche », pas de problème. On peut bien sûr se faire bousculer, se retrouver coincé entre quarante-deux coreligionnaires au mètre carré, se faire marcher sur les pompes, suffoquer un soupçon et devoir jouer des coudes pour ne pas rater sa sortie, mais rien de plus. Et lorsqu’il est enfin temps de se faire stopper dans sa course, en plein changement de ligne, par un banc de bonshommes en vert qui exigent que l’on soit en règle, l’on sort fièrement son petit rectangle blanc, dûment passé dans la machine adéquate, et le tend avec un air dédaigneux à celui qui n’a même pas réussi à être flic.

Ce matin, comme plusieurs fois le mois, je me rends chez mon buraliste et réclame le lingot de carton. L’on me propose, comme plusieurs fois auparavant, une carte de plastique sans aucun charme que l’on me rechargera de dix permis de passer virtuels. Je dis « non, c’est un truc comme ça », tout en tenant devant les yeux de la tenancière ce qui, malgré quelques modifications esthétiques au cours des années, me renvoie directement à mes souvenirs d’enfant, à mes trajets d’adolescent, à mes pérégrinations d’adulte. Mais on me répond que non, que pour des raisons éco-responsables, ma version va disparaître définitivement d’ici le début du mois prochain et que, de fait, eux, les agréés RATP, ne reçoivent plus d’exemplaires des mes compagnons en épais papier. Terminé le choix : à moins de vouloir payer plein pot, on passe à la puce. Et je me retrouve alors, presqu’hébété, avec cette froide pièce de pétrole transformé qui fait sonner la borne en aluminium qui, à la lecture de l’accessoire RFID, actionne le mécanisme de la barrière rotative. Et, dans ma poche de veste, mon tout dernier ticket de métro, témoin d’une version de mon existence maintenant à tout jamais disparue.

Ils ont supprimé mes carnets, les cons…

Putain : vraiment, quelle semaine !

Lucas de Geyter

Dimanche 25 juillet 2021Quand le théâtre était dangereux
par Evelyne Pieiller

En 1642, en Angleterre, les théâtres ferment. Pour dix-huit ans. 
Ca faisait déjà un moment que des hommes en noir et chapeau rond injuriaient les comédiens, les dramaturges, les spectateurs, avec la constance de qui se sait guidé par Dieu. Les Puritains ont un moral d’acier pour imposer leur morale (...)

Lundi 26 juillet 2021En marge arrière
par Lucas de Geyter

Dans le Larousse, le progrès a plusieurs définitions qui se recoupent toutes il ne s’agit finalement que de passages d’étape, d’un point A à un point B, le B étant plus élevé, plus en avant que le A. On avance, on s’améliore ; on fait mieux. Géographiquement ou physiquement parlant, avancer, c’est facile à (...)

Samedi 24 juillet 2021Bonnes questions ; réponses… bidon
par Marie-Noël Rio

« Un soir, un comédien me demanda d’écrire une pièce qui serait jouée par des noirs. Mais, qu’est-ce que c’est donc qu’un noir ? Et d’abord, c’est de quelle couleur ? » Jean Genet, exergue à sa pièce Les Nègres. En 1970, ont lieu les premières Gay Pride aux États-Unis. Wikipedia : « Gay pride is the (...)

Samedi 24 juillet 2021Portrait : Rémy Cardinale
par Isaac Supertone

Entretien réalisé par téléphone, quelque part entre avril et juin 2021 Rémy Cardinale est pianiste. Classique. Pianiste classique. Deux mots qui vont souvent de pair avec une image d’Epinal de grand ténébreux, dégingandé, chemise à jabot et air pénétré, qui s’asseoit devant son clavier et lève les bras (...)

Dimanche 25 juillet 2021Nouvelle(s) inachevée(s)
par Hercule von Gisenberg

1. Je suis un requin du Groenland et je m’appelle Gaston. Je ne suis pas vieux : quelques dizaines d’années seulement. Chez moi, on peut vivre jusqu’à pas loin de quatre-cents ans, quand même. C’est long, quatre-cents ans. Mais ça, c’est dû à l’eau gelée dans laquelle j’évolue : ça préserve. D’ailleurs (...)

Dimanche 25 juillet 2021Les Révoltés du Bounty
par Lucas de Geyter

Le Bounty est un navire dépêché par la Couronne britannique pour aller récupérer à Tahiti des plans d’arbre à pain dont le fruit serait à même de régler en partie les problèmes de pénurie alimentaire en Jamaïque. Le tout au profit d’une grande compagnie marchande. À sa tête, le Capitaine Bligh (Trevor (...)

Dimanche 25 juillet 2021Revue de presse #7
par Lucas de Geyter

MARS 01/03
 Dans l’affaire des écoutes, Nicolas Sarkozy a été déclaré coupable de « corruption » et « trafic d’influence », et condamné à trois ans de prison, dont deux ans avec sursis. Sachant qu’en dessous de deux ans ferme la peine est aménageable, quand on est bien conseillé, on ne fait que très rarement (...)

Idéal Jukebox #7
Revenir en haut